Nicolas Aubry photographe informel …

comment 1
art / INTERVIEWS / mode / Photo
Nicolas Aubry , un photographe informel

Dans notre quête de nouveaux talents, INFORMEL a croisé la route de Nicolas Aubry, photographe plasticien issu du monde des arts vivants.

Après une formation aux Beaux arts de Paris il développe depuis quelques années sa pratique photographique en autodidacte dans le monde du portrait et de la mode, et fonde en parallèle avec deux associés une agence de communication visuelle : http://www.cookyourbrain.com

Nicolas nous a reçues dans son appartement à Clichy pour nous parler de lui , de son travail autour d’une tasse de thé, ambiance très détendue.Garçon plutôt posé, un brin timide, il devient intarissable et son regard s’anime quand il parle de son travail , il nous communique sa passion pour les arts visuels et son obsession pour le feu, oui on a bien dit le feu, résultat brûlant !

In our quest for new talents , Informel crossed roads with Nicolas Aubry , artist and photographer , who came from world of performance and visual arts.

After studying in Beaux Arts de Paris , he develops his autodiacte practice as photographer in the field of portait and fashion.At the same time he found with two associates a visual communication : agency www.cookyourbrain
Nicolas has received us in his apartment in Clichy to tell us more about him and his work over a cup of tea, very informal atmosphere.
A mellow person, a bit shy, Niclas became inexhaustible while talking about his work, his passion and his obsession with fire, yes fire and the result is blazing !!!!

INTERVIEW

Comment es tu arrivé à la photo ?

Je suis venu à la photo par le biais de mon école d’art ( Les Beaux arts de Paris), mes photos me permettaient de donner à voir mes différents travaux: 
en sculpture, peinture, vidéo… En parallèle je faisais partie d’une association qui promeut les arts du feu à Paris, jongleurs et cracheurs de feu.
J’y ai rencontré des gens formidables comme mes deux colocs, des passionnés de manipulations enflammées. Puis j’ai arrêté de jouer avec le feu pour capter ces moments là et jouer autrement avec la flamme à travers mon objectif. Le feu tient une place très importante dans mon travail, à l’école d’art je manipulais déjà cet élément en faisant des sculptures qui prenait feu ( vous allez me prendre pour un pyromane!). J’ai eu envie par la suite de confronter cette matière (le feu) à d’autres matières, au bois, au métal, etc…c’est donc par le spectacle et les arts du feu que je suis venu à la photo.

Tu nous parles de feu, de spectacle, d’art, alors pourquoi la photo de mode?

Je ne me suis pas réveillé un matin en me disant que je voulais faire de la photo de mode, ce n’était pas un chemin tracé. Je touchais à beaucoup trop de choses, il fallait que je choisisse un médium qui me permette d’allier passion et rentrées d’argent. Il faut bien vivre et payer son loyer, ses factures.

 Tu ne répond pas à la question … pourquoi la mode?

C’étai un milieu qui m’était complètement inconnu. Je suis issu du milieu du spectacle vivant, de la jongle, de la musique ; la mode ne m’intéressait absolument pas, donc c’est devenu un challenge ! Par curiosité, pour découvrir autre chose, et surtout me confronter à l’humain. Les performers que je photographiais étaient la seule présence humaine dans mon travail . L’apprentissage de la lumière, la direction de modèles, sont tant d’aspects de la photographie de mode qui apportent une nouvelle expérience à ma pratique. Le côté créatif de la mode est motivant, il prend tout son sens à travers le travail en équipe: coiffeurs , maquilleurs, créateurs , modèles. Mais, la mode reste un support pour moi, un moyen détourné pour réaliser des projets plus personnels, de la mise en scène, de la photo plasticienne.

Comment vois tu évoluer ton travail dans les années qui viennent ? quels sont tes projets?

J’aimerais qu’on vienne me chercher non pas en tant que photographe mais pour mes idées, pour une vision qui m’est propre.
Je ne vais pas me cantonner aux photos de mannequins, j’aimerais réaliser de nouveaux projets, des mises en scènes qui confronteraient tous les milieux artistiques dans lesquels je gravite. Réaliser des films peut être, la photo est mon outil du moment , mais peut être que dans quelques années je passerais à autre chose. Pour l’instant j’ai quelques projet de portraits en argentique, des projets plus plasticiens également.

 l’argentique? un désir de revenir à la pellicule ?

Je photographie l’humain, et je veux prendre du temps, photographier autrement. Avec le numérique on travaille dix fois trop vite on fait parfois plus de 1000 photos sur un shooting et on en garde que quelque unes. L’argentique est une autre manière de voir et d’appréhender la photo. Avec le grand format on construit les images et les séries différemment, ça nous oblige à réfléchir en amont, plutôt que de choisir les bonnes et mettre à la poubelle les mauvaises. Je fais partie de ces gens qui ont eu un appareil photo numérique très tard entre les mains mais qui n’ont rien connu d’autre. La différence au delà de l’outil c’est surtout de photographier autrement…

 » Informel est un blog qui a le désir d’explorer ce champ immense et multiforme qu’on nomme le Style « , quelle serait ta définition du style?

Je ne suis pas très à l’aise avec la question du style, j ai envie de dire dans un premier temps, que pour moi c’est quelque chose de « futile » ( je pense à la manière de s’habiller par exemple). En y réfléchissant c’est ce que va dégager une personne, ou une image du point de vue esthétique et émotionnel . Tout ça reste quand même très visuel, quoi que, il peut y avoir du style dans la musique…

Comment définirais tu ton style?

Ce serait prétentieux de dire que j’ai un style, je pourrais peut-être le dire d’ici quelques années de métier. Bien sûr il y a quelque chose de reconnaissable, car il y a une lumière, des poses, une approche qui est personnelle à chaque photographe, mais c’est en mettant en relations les travaux qu’on arrive à y voir un style, et pour le moment je n’ai clairement pas assez de travaux personnels. Définir et finir me posent un problème, ce qui m’intéresse c’est de toucher à tout avec un côté work in progress, je dirais que le style c’est quelque chose en mouvement.

Un photographe qui a du style pour toi?

Paolo Roversi que j’ai eu l’occasion de rencontrer. Je me prend des tartes visuelles et esthétiques quand je regarde ses photos! c’est quelqu’un de très humain et ça se ressent dans son travail. Le danger quand il y a quelqu’un qui t’inspire comme ça est de finir par faire du copier coller. 

Informel, est ce que ça évoque quelque chose en lien avec ton travail ?

Bien sûr que ça évoque quelque chose !!! je suis venu à la photo par le feu, et le feu est par essence immatériel et informel . On ne peut ni le contrôler ni le dompter et c’est ce qui m’attire, ce côté informel je le retrouve dans ma pratique personnelle de la photographie et j’aimerais le mettre de plus en plus en avant. Aujourd’hui je ne me considère pas comme quelqu’un qui à une pratique informelle, mais c’est ce à quoi j’aspire.

 

nicolas aubry photographie ,informelblog

photo Nicolas Aubry

How did you come to photography ?

I became interested about photography first when i was in my school of art (Les Beaux arts de Paris). My photos allowed me to show my different works : sculptures , painting , videos.
At the same time i was member of the association which promote the art of fire in Paris ( juggler, fire eater ). I met an amazing people , like my two roommates, a real fans of fire manipulations.
After i stopped to play with the fire and i tried to catch these moments with my camera.
The fire have an important place in all my work , in my school of art , i already used this element. I made sculpture and after i burnit it … ( no i’m not a pyromaniac :)))
I wanted to compare this substance (fire) to the other substances like wood, metal etc..
So it’s trough the artistic performances with fire , i came to photography..

You talk about fire , performance , art but why Fashion Photography ?

I didn’t wake up one morning and say: i want to be a fashion photographer. I was doing a lot of things and i needed to find a happy medium to mix passion and make money. It’s necessary to pay the bilds….

But why Fashion ?

The Fashion was a totally unknown world for me, so it became a challenge. Out of curiosity, to discover other things and to confront the human. Before the only persons in my photos were the fire performers so with the fashion i learned the lights and management the models. It was a new experience for me.The creativity in Fashion is also very attractive and make sense trought all the shooting team: stylist , make up , hairstylist, models. So Fashion is a devious support for me to realise more personal project .

How you see your career advance and what are your future projects ?

I would like that the people came to me not as a photographer , but for my ideas, for my own artistic vision.I will not limit my work to agency tests , i would like to realise a projects with big production , which confront all artistic ceircles.May be also make films , for the moment is the photography but may be in a few years i will do somthing else .For now i would like to realise some portraits with film based photogrpahy.

Why film photography ?

I’m photographing people , and i want to take my time , to take my photos differently.With the digital we work more quickly and sometimes for 1 shooting we take 1000 photos and after we keep only few ot them.The silver photography is other approach to the photography .
With the big format we make the series differently , we must think about everything before , instead of choosing the good one and throw out the bad photos. I m one of theese persons which has a digital camera late and i didn’t know others before.

One photographer who have style for you ?

Paolo Roversi, that i have the opportunity to meet, i’m impressed by his work which is so estethic, he is a very human person and its reflected in his photos. I think when somebody inspire you, the danger is to finish by copied.

Informal is that related something to your work ?

Of course it evokes something , i started taking photos by the fire , and fire is immaterial and informal. we can’t neither controle it and that is what i like.So yes i would like to higlight the informal pratcice in my work. For the moment i don’t consider myself as somebody who has an informal practice but it’s what i aspire….

 

Nicolas Aubry « photographie l’humain » à travers cette série de portraits ( des commandes d’agence) au delà de l’esthétique mode, il capte l’instant et les regards avec une intensité rare, au delà du modèle il fait des portraits de femmes criants de vérité.
Nicolas Aubry photographs « the human », trough his portraits series ( often agency orders ). Beyond of esthectic fashion rules, he captures the moment and the looks with such of rare intensity.Beyond the model, Nicolas made portraits of women truing to life.

 

photo nicolas aubry ,informel blog

IMG_9489

photo nicolas aubry, informel blog

photo Nicolas Aubry, informelblog

Photo Nicolas Aubry, informel blog

Photo Nicolas Aubry, informelblog

Photo Nicolas Aubry, informelblog

Photo Nicolas Aubry, informelblog

Photo Nicolas Aubry, informelblog

Photo Nicolas Aubry, informelblog

Photo Nicolas Aubry, informelblog

Photo Nicolas Aubry, informelblog

Photo Nicolas Aubry, informelblog

Photo Nicolas Aubry, informelblog

Photos : Nicolas Aubry

www.nicolasaubry.com

 On est accro, Nicolas Aubry a du talent !  d’ailleurs une collaboration entre le photographe et INFORMEL est prévue …

À TRES VITE !

 We are addicted to Nicolas Aubry , and no doubt he has talent .The future collaboration is coming very soon..

1 Comment

  1. Pingback: Nicolas Aubry, Dragon et salamandre |

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *